Waterlily

Ville de Neuchâtel
En association avec J. Kissling
2000

Dans la nature, c'est encore l'eau qui voit, c'est encore l'eau qui rêve. Le lac a fait le jardin. Tout se compose autour de cette eau qui pense. Gaston Bachelard, L'eau et les rêves, 1942.

Espace de l'Europe

— Correspondance : les liens que Neuchâtel a tissé avec son site et son paysage sont à la base de ce projet. L'espace de l'Europe est structuré par des dispositifs linéaires qui s'inscrivent dans un système territorial plus vaste. Ces dispositifs, tels des strates qui tantôt s'élèvent tantôt s'enfoncent, évoquent l'épaisseur du sol et modulent l'espace. Ils suggèrent la relation que Neuchâtel entretient avec son lac et son substrat géologique dans un jeu de correspondances entre ville et paysage, matières et matériaux.
— Jardin aquatique : l'eau, matière première du jardin, renvoie à l'étendue lacustre. Composé par deux plans d'eau, ce biotope aquatique marque un temps d'arrêt et de contemplation. De nuit le jardin est éclairé par des bancs translucides en verre coulé.
— Portique géologique : conçus comme une architecture élémentaire, les portiques, en béton incrusté de coquillage qui évoque le calcaire de Neuchâtel, abritent les vélos. Accessibles directement depuis la piste cyclable, leur implantation délimite un espace protégé des voitures.
— Mails arborisés : des mails au feuillage clair s'étirent le long des bâtiments et délimitent divers usages (parking, livraison, promenade, repos). Ils sont définis par des surfaces perméables en matière calcaire concassée de la région.